Boxing Day: le KO du portefeuille ?

28 décembre 2009

D’abord, joyeuses fêtes à toutes et à tous !

C’est gentil de nous lire.

—————————–

Contraintes familiales obligent, Noël chez moi se fête le 26 décembre. En ce beau matin « ni pluie, ni neige » de décembre, je prends mon café en caressant la ferme intention de me rendre à l’épicerie pour y quérir les produits qui me permettront de concocter le plus délectable des soupers de Noël.

Vers 13h00, j’y suis rendu.

Le IGA en question est situé dans un de ces mégas « Smart Centers ». Toutes les grandes bannières s’y trouvent: Future Shop, Winners, Cotsco, Wal Mart, etc… Je vous rappelle que nous sommes le 26 décembre vers 13h00.

La scène est fabuleuse: voitures de police devant le Future Shop, stationnement rempli à craquer (les voitures sont placées de travers) et on fait la file (la masse) devant les magasins.

Mais pourquoi ?

D’un côté mon intérêt grandissant pour la relation consommateur/marque et de l’autre, mon profond désarroi quant à cette lugubre tradition du 26 décembre. Dormir sur le trottoir afin de mettre la main sur un bien matériel supposément à 215 % de rabais (exagération), c’est pas saint tout ça.

Au cours des mois de novembre et de décembre, le citoyen moyen a rempli son devoir de consommateur moyen soit de diminuer, peu à peu, le solde restant de sa carte de crédit. De ce fait, n’est-il pas quelque peu pervers de l’amener à consommer davantage à peine 24 heures après le réveillon ?

À mon avis, c’est tout à fait illusoire de penser qu’il est possible de conclure les meilleurs « deals » du siècle le matin du 26 décembre. Les bons achats à bons prix sont faisables tous les 26 du mois.

Au cours des prochaines années, la popularité grandissante du magasinage en ligne devra sans aucun doute avoir un certain impact sur la popularité du Boxing Day classique que l’on connaît aujourd’hui. Par le fait même, la population de ces consommateurs-campeurs verra son nombre d’adeptes diminuer.

C’est tout de même fascinant de constater qu’un individu peut, seulement parce qu’on indique « Boxing Day » en grandes lettres écarlates dans la vitrine du commerce, contrecarrer et mettre le bordel au travers des fameuses étapes du processus décisionnel d’achat que les professeurs de marketing ont tenté d’inculquer à leurs étudiants.

HF

Aucun commentaire

Laissez une réponse

Note: You can use basic XHTML in your comments. Your email address will never be published.

Subscribe to this comment feed via RSS

Rss Feed Tweeter button Facebook button Linkedin button Delicious button