Critique d’un faux critique : The Social Network

3 octobre 2010

Le titre aurait aussi pu se lire:

Réactions d’un semi-entrepreneur qui voit un film sur l’histoire d’un vrai entrepreneur

(Mais c’est moins bon pour le SEO)

Vendredi, pendant que le ciel nous tombait dessus, je me suis rendu au cinéma avec de grandes attentes: contempler l’histoire derrière le site Web qui occupe environ 25 % de ma journée.

Vous savez ce qui se produit quand on a de grandes attentes vis-à-vis un film (ou un produit, c’est pareil en marketing) et bien la déception risque d’être monumentale si la marchandise ne nous satisfait pas. Je peux vous dire que la marchandise a amplement comblé mes attentes: ce fut 2 heures parfaitement investies dans un divertissement emballant, passionnant et inspirant.

Avis aux potentiels puristes

Oui je sais, ce film est une production hollywoodienne probablement très bien dramatisée et rondement synthétisée. Cependant, à défaut d’avoir été le compagnon de chambre de Mark à Harvard, je me fie au film et celà me convient.

Mark le confiant

Ce qui m’a marqué tout au long du film, c’est cette confiance démontrée par Mark Zuckerberg. Ceci dit, en aucun instant le protagoniste va douter de son projet, jamais il ne souffrira du syndrome du négativisme ou du « ça marchera peut-être pas s’histoire-là ». Le film met aussi l’accent sur l’épatante croissance de Facebook ! C’est effarant. Une scène (les dialogues ne sont pas text-book) commence quand Eduardo, le co-fondateur et chef des finances du projet, entre dans la chambre de Mark. Ce dernier l’interpelle et lui demande : « Eduardo, nous avons besoin de 1000 $ pour un nouveau serveur, accepte je t’en pris« . Eduardo rétorque: « Oui très bien, achète-le« , « C’est déjà fait » lui répond Mark. (haha).

Campbridge mais pas Sherbrooke

Un ami, Jean-Louis Mainguy, m’a fait remarqué un point important de cette belle histoire. Aucune success story ou aucun projet de la sorte ne peut prendre une telle ampleur ailleurs que sur un campus d’université américaine prestigieuse comme Yale, MIT ou encore Harvard. C’est comme une loi non-écrite et ce sont les scénaristes de Hollywood qui s’en réjouissent. Citons les Google et Dell par exemple.

Le film et ensuite Wikipedia

L’exercice amusant à faire (je l’ai fait et me voilà complètement heureux) serait pour vous d’aller voir le film et de faire la lecture de l’histoire de Facebook sur la source informative principale des universitaires. Vous vous rendrez compte que l’histoire véridique est surprennament alignée sur le long métrage. Les noms des gens, leurs agissements, les lieux, les moments clés de l’histoire, tout ça est judicieusement conservé. À moins que Wikipédia soit une source biaisée et bourrée de faussetés, ce que je doute vraiment ;), vous pourriez comparer les deux histoires comme je l’ai fait.

Critique négative

Pour tout vous dire, je n’ai lu aucune critique officielle à présent, à part une assez négative. L’auteur plante le film et titre sa critique : The antisocial movie. Jeff Jarvis, journaliste, critique et geek passablement renommé aux États-Unis se plaint que le film de Sorkin ne dévoile rien des stratégies et rien des motivations. Normal, il serait plutôt ennuyant de voir Mark Zuckerberg expliquer son plan stratégique et sa vision dans un PowerPoint durant 2 heures de temps. En plus de ça, je ne crois pas que le jeune geek ait nécessairement pensé à une stratégie concrète. Cet homme possèdait et possède encore un grand talent ce qui l’a naïvement amené à créer un site cool qui a pris une expansion imprévisible.

Jeff Jarvis explique que The Social Network présente les geeks sous un mauvais jour. À mon sens, c’est tout le contraire. Le personnage de Mark est très attachant et ma réaction en sortant du film a été positive, je respecte au plus haut point ces gens qui sont des malades du codage et qui font du drunk blogging en 2003 (scène du film haha).

En bref

Je pense qu’une histoire à succès du genre c’est comme la maternité et la tarte aux pommes, on peut pas être contre ça (merci à Jean-Luc pour la citation, professeur de finances à l’Université de Sherbrooke). Inspirant, emballant, bien ficelé, bref je vous le conseille.

En espérant que la suite ne soit pas titrée: The Bankrupt of a Poor Business Model Which Is Not Sustainable ;)

Hugo

  1. octobre 3, 2010

    À 25 milliards de valeur, quand le site est encore en croissance, j’pense que t’auras pas ta suite avant un méchant bout :P

  2. Hugo permalink*
    octobre 3, 2010

    Tout à fait d’accord, même principe pour la hausse incroyable des revenus que Facebook dégage d’années en années.

    Toutefois, je ne suis pas un spécialiste en finances, mais j’ai quelques réserves face à cette évaluation de 25 milliards. Il y a certes des actifs tangibles là-dedans mais sûrement pas pour 25 milliards. La valeur du capital de marque rentre aussi là-dedans j’imagine.

    Ceci étant dit, j’aimerais avoir le rapport sous la main pour voir combien vaut réellement Facebook !!!

  3. Audrey permalink
    octobre 20, 2010

    J’adore ta critique! L’article reflète exactement ce que j’ai ressenti en sortant de la salle de cinéma le soir de première. Ah et fait cocasse ; j’ai fait exactement le même exercice que toi en allant sur Wikipedia, lire sur les fascinantes vies de Mark Z. et Sean Parker.

    Pour ce qui est de ta suite, je croise plutôt les doigts pour que nos voisins produisent un film sur la vie d’autres entrepreneurs inspirants de ce genre. Je pense à Steve Jobs entre autre…

    Je te laisse avec un vidéo aussi inspirant que « social network ». Le 15 minutes en vaut le coup, je t’assure.
    http://www.dailymotion.com/video/k5puK52wrI2W0QDza7?start=36#from=embed

    Merci !

  4. Hugo permalink*
    octobre 21, 2010

    Un vote de plus (le mien) pour un film sur la vie de Steve Jobs !!!

    J’ai visionné ce speech il y a quelques semaines. En effet, très inspirant. Apple est devenue une « human-being company » à cause de lui. Cet homme doit détenir plusieurs secrets sur son entreprise. J’appréhende énormément le départ de Steve Jobs, Apple perdra tout.

Laissez une réponse

Note: You can use basic XHTML in your comments. Your email address will never be published.

Subscribe to this comment feed via RSS

Rss Feed Tweeter button Facebook button Linkedin button Delicious button