BriseGlace becomes IceBreaker

8 novembre 2010

Few days ago, I had a discussion with an executive from a major advertising agency. The guy told me something like :

Buddy, speak a perfect second language otherwise you’ll miss some nice opportunities if you come with us

Even if it happened at the beginning of the month, it keeps haunting me. Got to work on this like I never did before.

How should I ?

I’ll simply try to write some of my future « tickets » in the language of Shakespeare.

Same coolness

Advertising, marketing strategy, Web strategy, business strategy, mini marketing cases analysis, opinions, etc.

At this point, I can’t give a kind of insurance on the quality of my future writing. Maybe you’ll laugh, maybe you’ll cry – just stay tuned for new material and if you see me one day, just yell : « Hey, it’s the guy from IceBreaker » and then we could practice our english speaking together.

Hugo

  1. novembre 8, 2010

    Good luck ;)

  2. Hugo permalink*
    novembre 8, 2010

    haha Merci !

  3. novembre 8, 2010

    IceBreakers, c’était pas une marque de bonbons surettes sur le bord des caisses de dépanneurs?

    Personnellement, je crois que posséder une seconde langue est un atout majeur, certes, mais à quel prix? Regardez autour de vous, dans vos courriels, dans les communiqués et observez la qualité du Français de vos pairs… c’est trop souvent médiocre.

    Alors, mon argument est le suivant : oui, savoir parler Anglais, c’est très bien, ça ouvre des portes, c’est sûr. Néanmoins, bien paraitre en Français, dans sa province, c’est 100 fois mieux et, selon moi, nécessaire.

  4. Hugo permalink*
    novembre 8, 2010

    Pour les bonbons, je pense que t’as raison. Mais rassure toi qu’on trouvera mieux comme nom dans l’optique d’une vraie percée anglo. haha.

    Pour ce qui est de mes pairs immédiats, je garantis leur étanchéité en matière de langue française. En effet, nous avons subi 3 cours de français de niveau incroyablement trop tough. Tout ça pour dire que dans mon entourage professionnel actuel, le Français est A-1 et par le fait même, je pense qu’il y a de l’espoir. Bref, nous ne côtoierons pas que des innocents de la langue.

    Comme tu dis, la langue anglaise ouvre de nombreuses portes. J’ai remarqué une chose dans l’entrevue-discussion avec ce vp d’agence. Dans cette industrie (et probablement dans plusieurs autres) le bilinguisme au travail est passé d’une nécessité à une qualité sous-entendue qu’on ne discute même pas. De là ma petite prise de conscience visant à amener mon anglais un peu plus loin.

  5. novembre 8, 2010

    Bonne chance Hugo :) J’ai hâte de te lire dans cette langue qui t’ouvriras tant d’opportunités il semble.

  6. novembre 8, 2010

    @Hugo : Ne t’inquiète pas Hugo, cette flèche n’était pas destiné ni à toi, ni à aucun de tes pairs rapprochés, mais plutôt un point de vue général sur la qualité du Français en entreprise.

    Si tu veux un avis très personnel, rien de tel qu’un nom Français pour une percée anglo!

  7. Hugo permalink*
    novembre 8, 2010

    @Jean-Louis: Pas de trouble! De mon bord je voulais juste partager la vision d’espoir que j’ai quant à la qualité de la langue française en général.

    @Anouk: Merci haha, mais c’est pas tant big haha ! C’est juste moi qui veux écrire quelques billets en anglais! À plus!

Trackbacks et Pingbacks

  1. A WPP investigation | BriseGlace | vigie sur l'industrie des communications et du marketing | agence embryonnaire

Laissez une réponse

Note: You can use basic XHTML in your comments. Your email address will never be published.

Subscribe to this comment feed via RSS

Rss Feed Tweeter button Facebook button Linkedin button Delicious button