Monsieur Layton est cool

3 mai 2011

Les professeurs nous le disent souvent avec un air de dépit : « On ne peut pas s’autoproclamer comme cool, c’est pas cool dire que tu es cool ».  Leur ton nous laisse comprendre que la vie de marketeur serait tellement plus facile si seulement on pouvait décider simplement qu’on est « in ». Hélas, le phénomène de la popularité autant chez une personne que chez une marque est une chose qui reste un peu mystérieuse, une combinaison de plein de facteurs et souvent, comme Stéphane Dion le disait à M. Dutrizac sur les ondes du 98,5 fm, ça relève de « la fortuna » .

Apple et Harley

Certaines marques vont travailler toute leur vie à être cool, comme l’exemple tant cité, Apple. À l’autre spectre, d’autres marques vont devenir cool par un concours de circonstances étranges. Lorsque l’on recule de quelques années, Harley reluisait beaucoup moins et c’est justement par sa marginalisation qu’elle est devenu si cool. Une tribu s’est approprié la marque et le reste est devenu histoire. Un phénomène semblable à celui de l’anti-héro tellement typique du Québec, que voulez-vous on aime le deuxième, le négligé.

M. Layton et M. Ignatieff

Le parti Libéral avait compris au moins une chose, on est rendu à l’ère des Interwebs et sociales par-dessus le marché. Si on fouille un peu sur l’excellent site politwitter.com on voit bien que les membres du parti étaient dominants sur la scène des médias sociaux. Mais qu’à cela ne tienne, ils n’étaient pas cool, un peu comme Internet Explorer 9 ou la Ford Fiesta. Ce n’est pas parce que tu fais come les autres « in » ou que tu as tous les éléments des autres personnes « cool » que tu l’es. Selon moi, tout ça relève du fameux momentum. Ce même momentum qui a changé de côté dans la série Montréal-Boston.

Pour répondre à Michelle Blanc qui nous demande d’expliquer l’effet Layton, je réponds simplement : « Il a gagné parce qu’il est cool. » Durant la campagne, le chef du NPD a su profiter de ce fameux momentum créé par les pénalités à répétition des Libéraux et des Conservateurs et par le jeu trop défensif du Bloc. Il profité de « la fortuna ».

J’ai bien dit profité, parce qu’il aurait très bien pu lui aussi faire quelques erreurs et perdre le momentum si précieux, mais il a simplement continué à sourrir et sortir quelques phrases clés, des « clips » comme Dumont savait si bien les faire et il a réussi. Aux yeux des Québécois, il est devenu cool, vraiment cool, comme le fluo dans les années 80. Ensuite, la vague n’a pris que de l’ampleur avec le même phénomène qui se passait dans les cours d’école avec les Tamagotchis. Les gens ont lu les sondages et ont vu que les autres allaient voter NPD et se sont dit « moi-aussi ». La preuve, selon 98,5 fm, les sondages sur le NPD auraient davantage contribués au parti que les articles sur le parti… et oui, nous sommes comme ça…

Mode ou tendance durable

Probablement que le mot « cool » ne l’est plus lui-même

Une professeure nous disait en parlant ce qui est « cool » que probablement le mot « cool » ne l’est plus lui-même. Il n’y a rien de moins durable que quelque chose de cool. Comme mon collègue Hugo Fournier me le souligne, le buzz est bien, mais n’est malheureusement pas durable (source : livre Conversational Capital). Alors est-ce que nous voterons encore NPD en 2015 ou 2016? Bien, tout dépendra de ce que M. Layton et son équipe vont nous servir. Si on se rapporte aux années 70, à la première crise du pétrole, les voitures japonaises sont devenues « in » par la force des choses, mais c’est leur qualité qui les a fait durer.

Layton : Honda ou Tamagotchi?

  1. mai 4, 2011

    Harley est devenu cool aussi par le WOM. Harley travaille très fort à stimuler sa communauté et ses membres. En est-il vraiment de Layton? Vous semblez dire qu’il a sourit et s’est tu. Vous avez sans doute raison. Mais je crois qu’il devra jouer de grosses cartes pour réellement conserver sa popularité… L’engouement pour le « anti-héros » au Québec est souvent éphémère, car au bout du compte… on trouve toujours un autre pauvre gars négligé à soutenir et à aimer.

  2. Guillaume permalink*
    mai 4, 2011

    C’est en effet ce que je crains. Si Layton ne veut pas être un feu de paille, il va devoir nous fournir des éléments concrets et nous stimuler à continuer à croire en lui. Va-t-il réussir? Le temps nous le dira, mais il aura au moins 4 ans pour faire ses preuves.

  3. max permalink
    mai 12, 2011

    Je crois pas que Honda est gage de qualité, mais bon…

  4. Jean-Raphaël Poulin permalink
    juin 6, 2011

    Je serais porté à dire que la victoire du NPD au Québec est plutôt attribuable à un goût de changement de la part des Québécois. Las des 3 autres partis, ces derniers ont opté pour une nouvelle alternative.

    Je suis totalement d’accord avec le propos au sujet des sondages toutefois. Il est vrai que la montée du parti dans les intentions de votes aura influencé le vote de plusieurs.

    Thumbs up pour l’extrait suivant :
    « Mais qu’à cela ne tienne, ils n’étaient pas cool, un peu comme Internet Explorer 9 ou la Ford Fiesta. Ce n’est pas parce que tu fais comme les autres « in » ou que tu as tous les éléments des autres personnes « cool » que tu l’es. « 

Laissez une réponse

Note: You can use basic XHTML in your comments. Your email address will never be published.

Subscribe to this comment feed via RSS

Rss Feed Tweeter button Facebook button Linkedin button Delicious button